MAKARA

La société face aux changements de «qualité» des eaux de surface (France, XIXè-XXè siècles)

 

 

Contexte et objectifs


Ce projet a pour ambition de revisiter le concept de qualité des systèmes hydriques selon une approche pluridisciplinaire, alliant sciences environnementales (vues par les SHS : incluent l’histoire environnementale, les sciences politiques, le droit, la sociologie, l’anthropologie) et sciences de l’environnement (vues par les sciences naturelles : hydrologie, sciences du sol, agronomie, hydrobiologie, biogéochimie, océanographie côtière, modélisation), c’est-à-dire l’analyse des discours et descriptions de l’état du milieu, afin de comprendre comment la notion de qualité a été définie par de multiples acteurs au cours des XIXe et XXe siècles, mais aussi quelle en est sa part socialement construite, quelles sont les ruptures ou les changements dans la conception de la qualité, et comment la société a réagi à ces changements «réels».


Le thème 3 de MAKARA est porté par le GéHCO et comprend l’analyse du rendu de la qualité, de la prise en comptes des incertitudes, des simulations de qualité déclarée en utilisant des critères différents. Il consistera d’abord en une analyse critique des processus d’évaluation de la qualité des bassins fluviaux. La première critique concerne l’influence des normes de qualité (1971-2012). Il s’agit de simuler la qualité des eaux à partir de dispositifs juridiques, anciens, actuels et futurs, français ou non. Nous distinguons donc clairement la surveillance technique de la composition chimique et de ses flux, de la « qualité de l’eau », qui est une construction sociale établie sur la base de cette surveillance, en évolution continue depuis la première grille de qualité il y a 150 ans. La deuxième critique concerne la façon de traiter et de communiquer les données par la surveillance : les règles d’agrégation temporelles, puis spatiales, le nombre de seuils ne sont pas neutres dans la déclaration, la perception et donc la gestion, de la qualité des bassins fluviaux. On considère trois types d’incertitudes peu ou pas prises en compte dans les institutions i) Incertitudes générées par la surveillance temporelle discontinue ; ii) Incertitudes générées par la surveillance spatiale discontinue ; iii) Incertitudes générées par la discontinuité des classes d’eau utilisant des valeurs seuils, et par les différentes grilles de qualité. Le rendu de la qualité des bassins sera effectué de plusieurs façons.

 

 

Méthodes


Analyses temporelle et spatiale des données de qualité (azote, matières organiques, métaux). Bassins de la Seine, de la Loire et la région de Bretagne

 


Collaborations et participants


GéHCO : F. Curie, C. Grosbois, F. Moatar (coordination tache 3)
UMR METIS (coordination projet)
UMR 8504 Géographie-cités
UMR Espaces et Sociétés
IRSTEA

 

 

Financements


ANR – Programme Sociétés et Changements Environnementaux (2013-2017)
Articles et Communications

Université François Rabelais     UFR Sciences et Techniques

 

 Haut